Vivre sans suivre les informations

Vivre sans suivre les informations

6 min de lecture

 Je retrouve les collègues au coin café.
Comme souvent, la dégustation caféinée ou théinée est ponctuée de discussions sur la pluie et le beau temps. Inévitablement, le sujet dérive sur les dernières actualités.
« Oh la la avez vous ce qui s’est passé en X ?  » et les autres de renchérir : « Oui bien sûr c’est horrible cette histoire ! ». Et moi : « Aucune idée de quoi vous parlez ».

Les regards se tournent alors gravement vers mon visage. Ceux qui me connaissent sourient légèrement tandis que les autres tombent des nues.
C’est un fait : cela fait des années que je ne regarde plus, ne lis plus et n’écoute plus les informations (uniquement, et très rarement, certains sites soigneusement choisis).

« Mais comment fais tu ? De quelle planète es tu ?  Tu n’as pas l’impression de louper des choses ? Pourquoi ? » sont le genre de remarques que l’on me jette au visage.
Je résiste difficilement à l’envie de lever les yeux au ciel.
Non je ne suis pas mort, oui je le vis bien et je vais même beaucoup mieux depuis que j’ai arrêté.

Lire la suite Lire la suite

Sur la route

Sur la route

4 min de lecture

Sur la route

Les trompettes de Bill Conti résonnent, accompagnant chaque pas de Rocky sur la route. Les cuivres sonnent justes et clairs. Il court dès le matin, tous les jours, encore et encore. A son passage la foule le salue et le sourire aux lèvres il allonge sa foulée.
Plus loin les paroles de la chanson l’incitent à persister et finalement lui déclarent qu’il est prêt.
Prêt à voler.
Car il vole littéralement lorsqu’il qu’il gravit les 72 marches du musée des beaux arts de Philadelphie, pour finalement atteindre son sommet, les bras tendus en signe de victoire.
Une victoire sur lui-même. Il est prêt à affronter Apollo Creed.
Pour beaucoup de ma génération le film Rocky fut la vidéo de référence concernant l’entrainement d’un athlète de sports de combat. A l’époque il n’y avait point de youtube et de diffusion en masse de séances de conditionnement physique.
Une révélation pour certains et j’admets volontiers que, si j’ai commencé à courir, c’est bien grâce a lui. Avec les copains de mon quartier on partait souvent sur la route, faisions des pompes et du shadow boxing. Finalement je me dis que j’ai eu de la chance de ne pas avoir vu Indiana Jones avant, des fois que le fouet soit devenu ma préférence…
Bref, j’imagine volontiers que rien n’a changé et que pour la génération actuelle les entrainements de leurs champions favoris diffusés sur le web sont ce qu’il faut faire en matière de préparation physique pour l’endurance.
Mais ont-ils raison ?
Ne s’égarent ils pas ?

Lire la suite Lire la suite

Bien (discours de Jocko Willink)

Bien (discours de Jocko Willink)

4 min de lecture

Jocko Willink, en réponse à la question   » Comment gères-tu les imprévus, échecs, retards ou autres catastrophes ?  » :

« J’ai une façon assez simple de faire face à ces situations. Pour cela, j’utilise juste un mot… Et ce mot est ‘Bien‘.
C’est en fait une habitude que m’a signalée l’un de mes subordonnés directs. Régulièrement, il m’appelait puis me prenait à part afin de m’exposer un problème majeur, un incident en cours… Il me disait alors : « Chef, nous avons ceci, et cela, et une autre chose… ».
Et je répondais juste : ‘Bien‘.

Enfin, un jour, il m’a parlé d’un problème qu’il avait… Il m’a dit: « Je sais déjà ce que vous allez dire ».
Ce à quoi j’ai répondu: « Eh bien, qu’est-ce que je vais dire? »
« Vous allez dire ‘Bien‘. C’est ce que vous dites toujours. Quand quelque chose ne va pas et que la situation se dégrade, vous me regardez toujours et dites juste ‘Bien‘. »
J’ai alors dit : « Et bien oui… et je le pense. ».

Et c’est comme ça que je me sens. Même quand les choses vont mal, il y a toujours du bon qui en ressort…

Lire la suite Lire la suite

Aux bons ouvriers les bons outils

Aux bons ouvriers les bons outils

5 min de lecture

Pour Thomas, les bonnes résolutions du nouvel an n’ont jamais été plus que de vagues souhaits.
Pourtant, cette année, il a décidé de perdre du gras ! La trentaine ne l’a pas épargné et ses excès commencent à n’être que trop visibles.
Non cette année il n’emmènera pas sa bouée sur la plage !
Il sait que pour perdre ces quelques kilos il doit s’y prendre sérieusement et dès à présent : « C‘est un marathon et pas une course » lui a t-on dit.
Hop hop, lui qui était abonné à son canapé et à sa TV se met à aller en salle et à faire plus attention à son alimentation.

Jour 1 : il se pèse chez lui à 88kg avant de se coucher.
Jour 2 : Le poids est inchangé… « il ne fallait pas rêver ».
Jour 3 : Pesé au réveil, après un passage aux toilettes il est à 87,5 kg. « Déjà 500g de perdu » se dit-il ! A ce rythme là en peu de temps il aura retrouvé son poids de forme.
Jour 4 : Passage sur la balance en rentrant du travail : 87,9 kg. « Bordel de *bip*’ j’ai repris du poids  ! »

Déçu il décide de se peser moins souvent histoire de ne pas se frustrer.
Les premières jours à la salle sont difficiles : il se sent gauche et faible par rapport aux habitués. Plusieurs fois il pense à abandonner. Mais l’image de son bide lui est devenu intolérable. Il s’accroche donc et enchaîne religieusement les séances de cardio et de musculation.

Lire la suite Lire la suite

Ma petite voix

Ma petite voix

3 min de lecture

Lorsque je m’entraîne ou travaille dur je ne suis jamais seul.
Toujours, m’accompagne la petite voix.
Vous savez : celle qui vous incite à laisser tomber, à remettre à demain, à être « raisonnable », etc.

Je le connais depuis toujours et pourtant je n’ai jamais pensé à lui donner de nom. Peut être cela lui plairait-elle… « Clochette » cela sonne bien et me rappelle un joli conte. Va donc pour Clochette !

Longtemps j’ ai vu Clochette comme une ennemie.

  • Adolescent je partais faire du vélo dans la campagne et lorsqu’elle me disait de ralentir, j’avais tendance à forcer l’allure. Lorsqu’elle me faisait remarquer que le temps était à la pluie je lui riais au nez, mettais un kway et partais braver les éléments.
  • Elle était là aussi lors de mes révisions : plus fêtarde que moi elle souhaitait nous voir profiter de la vie étudiante plutôt que d’avoir le nez plongé dans les cahiers. Je lui lâchais la bride de temps en temps mais cela restait assez exceptionnel et je culpabilisais ensuite d’avoir cédé à la tentation.
  • Pendant ma période « martiale » elle se lamentait de mes séances de foncier, de circuits ou de sprints. Elle représentait alors mes adversaires de tatami : » Non, vous ne m’aurez pas aussi facilement ! »
  • Et la liste est longue…

Clochette et moi nous livrions alors des duels.

Nos épées étaient son pouvoir de persuasion et mon obstination.

Lire la suite Lire la suite

Grand jeu concours II -Gagnez un livre-

Grand jeu concours II -Gagnez un livre-

3 min de lecture

Le secret de l’acier est heureux de vous apprendre que les éditions Nimrod offrent, à l’un de nos lecteurs ,un exemplaire de l’autobiographie de Marius, ancien commando de marine: Marius-Parcours Commando-

Synopsis
Issu d’une fratrie de quatre enfants, le jeune Alain est le seul à être confié à l’Assistance publique. Privé d’amour et de repères familiaux, Alain entame sa vie d’adulte en s’inscrivant dans une faculté de droit, mais il délaisse rapidement les bancs de l’université pour passer de plus en plus de temps avec sa bande d’amis, des garçons qui partagent avec lui la même fascination pour Michael Corleone, le « héros » du film Le Parrain. Ensemble, ils décident de se faire une place au sein de la voyoucratie marseillaise en enchaînant les délits.
À la faveur d’une rencontre aussi brutale qu’inattendue, le jeune homme comprend cependant que cette existence l’entraîne peu à peu vers la prison, voire le règlement de comptes sanglant. Il rompt alors avec son milieu pour rejoindre l’école des fusiliers marins de Lorient, avant de se porter volontaire pour le stage commando. Là, les épreuves endurées seront autant d’étapes lui permettant d’expier les erreurs du passé et de devenir un autre homme : Marius, soldat de légende de l’armée française. Après une carrière opérationnelle sur laquelle il lève un voile discret, que ce soit au Liban, à Djibouti, en France ou en Côte d’Ivoire, Marius devient instructeur commando. Le documentaire À l’école des bérets verts le fait alors passer de l’ombre à la lumière. En 2011, il interprète quasiment son propre rôle dans le film Forces spéciales, de Stéphane Rybojad. Plus qu’un récit autobiographique, Parcours commando est l’histoire extraordinaire d’un homme qui a su combattre ses démons intérieurs pour aller « chercher la foi » et vivre un destin hors du commun.

Plus de livres comparable sur le site de l’éditeur:
http://www.nimrod.fr/

https://www.facebook.com/les.editions.nimrod

L’avis de LSDA
Un beau témoignage d’un homme qui était plutôt mal parti dans la vie et qui aurait pu finir comme beaucoup d’autres. Mais ce ne fut pas le cas de Marius qui à force de volonté et de dévouement à vu sa vie prendre un virage a 180 degrés. L’histoire de cet homme est exemplaire quand à son courage et à l’importance des choix. Une immersion dans un univers très peu connu du grand public.

Pour gagner un exemplaire de Marius, Parcours Commando, il vous suffit de:
1-« Aimer » notre page Facebook (si ce n’est déjà fait)
2- Cliquer sur « j’aime » pour cette publication
Et voila, c’est fait

Les gagnants seront tirés au sort et annoncés le 28 juillet 2017
Bonne chance a tous.

La vie est un combat que chacun doit mener avec volonté et humanité. Elle ne peut avoir de valeur que par une conduite irréprochable basée sur l’honnêteté, la droiture et le respect. Quelle que soit notre appartenance sociale, nous pouvons toujours débuter par un parcours chaotique, mais ces cartes, nous les avons en main et nous devons les garder en sachant jouer les atouts qui nous permettront d’avancer sans jamais craindre de se regarder en face. La volonté doit être inébranlable. Il faut être fier des taches que l’on veut accomplir et savoir composer avec les mauvaises cartes de la donne initiale car on est seul capable de faire basculer le jeu en sa faveur et de faire sourire la chance. Cette chance, il faut la provoquer et non pas l’attendre. Il faut saisir les opportunités, les bonnes, en sachant que rien ne se fait en un jour. Chaque bataille remportés nous rapproche de la grande victoire du lendemain si elle est menée avec conviction, amour et droiture.
                                                                                                                                                    Marius

De l’esprit à la vie, en passant par l’écrit

De l’esprit à la vie, en passant par l’écrit

5 min de lecture

Proust, Hemingway, Edison, Oscar Wilde, Patton, Darwin, Leonard de Vinci, Isaac Newton, George Lucas, Stallone, les explorateurs Lewis et Clark.
Quel est le point commun entre ces grands hommes ? Une simple pratique : la prise de note !
En effet, au travers d’interviews ou biographies, on apprend que tous avaient l’habitude de coucher leurs idées et visions sur papier. Tel Hemingway, embarquons nous sur la route fascinante de la prise de note et de son outil indispensable : le carnet de notes ! 
Ce dernier est primordial pour une prise de notes efficace, car contrairement aux post-it et autres papiers qui s’éparpillent aussi vite qu’ils se multiplient, le carnet permet de tout centraliser et évite de perdre certaines annotations.
Combien de concepts géniaux, de mots d’amours, de lancés littéraires, de projets pour la famille ou pour soi-même, d’inspiration sur le monde, d’ambitions professionnelles ont été pensé, et ont disparus aussi rapidement que le lièvre à l’approche du chasseur(1) faute de ne pas avoir été retranscrit? 
Le carnet de notes est l’allié et le prolongement naturel de la mémoire. Il permet de retenir ce que le cerveau surchargé ne serait se rappeler dans le feu de l’action quotidien. Il ne sert à rien de se mentir, nous avons tous fait l’erreur de croire qu’il serait impossible d’oublier une superbe idée. Pourtant nous constatons le jour suivant qu’elle n’existe simplement plus. Envolée, disparue aussi vite qu’elle était apparue. Malgré cela nous continuons de répéter ce processus stérile et voué à l’échec qu’est l’oubli et la confiance inébranlable en notre mémoire. 

Seuls ceux qui ont la mémoire longue sont capables de penser l’avenir.
                                                                                     Nietzsche

Lire la suite Lire la suite

Prélude à la bataille du lit

Prélude à la bataille du lit

4 min de lecture

Vous le savez : demain sonnera l’impitoyable réveil.
Il faudra tant bien que mal s’extirper de votre couette et se lever, la tête hirsute et le regard hagard.
Vous le redoutez ce réveil… vous avez beau essayer de grappiller quelques minutes en appuyant inlassablement sur le bouton « snooze », il faudra à un moment se mettre debout.
Plus cela sera tard et plus vous devrez vous dépêcher.
Vous devriez être habitué depuis le temps mais non… rien qu’entendre votre sonnerie vous angoisse.
Vous maudissez même intérieurement ceux qui, dans le métro, ont la même mélodie d’appel que  votre réveil.

Et si vous étiez mieux préparé à cet affrontement ?
Si au lieu, de maugréer lors de l’appel au clairon, vous veniez de passer une bonne nuit de sommeil et étiez prêt à braver les dangers de la journée ?

Lire la suite Lire la suite

css.php